SAP

Il faut améliorer la visibilité des banques sur Internet

image SAP

L'auteur

Dans une étude datant de mars dernier, le cabinet Keley consulting s’interroge sur la visibilité des banques sur le Web. Celle-ci montre que les banques traditionnelles trustent le haut du classement avec 9 places sur 10, la dixième étant attribuée à Boursorama, si l’ont tient compte de l’ensemble des mots-clés, et notamment du nom de la banque dans la requête sur Google. Si en revanche, l’internaute fait une recherche plus générique, comme « épargne, taux, livret », le positionnement des différents sites des banques chute rapidement au profit de sites plus généralistes. Pourquoi ? Parce que les banques ne se focalisent pas assez sur le référencement naturel, c’est-à-dire celui directement obtenu à partir du contenu des pages publiques de leur site. Si celui-ci est trop pauvre ou peu mis en valeur, Google et les autres moteurs de recherche n’en tiendront pas compte, et les prospects n’arriveront pas directement au bon endroit. Pour Patrice Vatin, Directeur de Marché Services financiers et Assurances chez SAP France, « les banques doivent être mieux capables d’évaluer l’impact de leurs pages Web. » SAP Social Media est l’un de ces outils qui mesurent l’efficacité de sa marque sur le Web, et permet de voir par mots-clés quelles sont ses répercussions sur le Web. L’outil seul ne suffit pas. Il faut également repenser son approche. Patrice Vatin constate : « j’ai le sentiment que parfois l’objectif consiste à commercialiser des offres pensées et présentées pour le non numérique alors que les clients ont de plus en plus une démarche Web. La bascule n’est pas encore complète. Aujourd’hui, les clients attendent qu’on parte de leurs besoins pour trouver le bon produit à travers un parcours digital cohérent. »

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)